Il est né ?
Vous êtes ici : mk0phpgtk.xgarreau.org >> aide >> divers >> installparty : Une install party
Version imprimable

Une install party

Cet article vous présente rapidement, si vous l'ignorez, ce qu'est une install party, comment en organiser une et comment en visiter une.
Il est basé sur l'organisation par le lug de La Rochelle (aka ROCHELUG) de sa première install party

La party

Les préparatifs

Nous avions fait la demande d'une salle auprès de l'IUT de La Rochelle quelques semaines avant la date que nous envisagions (19 octobre). Après accord, nous avons fait réaliser une affiche que nous avons placardée à l'université des sciences, à l'iut, au centre de documentation départemental et dans quelques autres lieux stratégiques de passage où les gens sont susceptibles d'utiliser des ordinateurs :-). Elle contenait la date, l'heure et le lieu de la manifestation, une petite phrase explicative et l'url du site pour ceux qui auraient voulu nous contacter. Un autocollant de dernière minute indiquait la règle d'or de l'install party : "Amenez vos cd vierges, repartez avec votre distro".

L'assurance

Notre trésorier, fort de précédentes expériences associatives, a alors accéléré la recherche d'une assurance qui nous convienne. Nous avons donc, après vote par mail du conseil d'administration opté pour une mutuelle d'assurance que l'on ne nommera pas ici, l'essentiel étant que nous soyons couverts en cas de problème pendant l'install party.

Le jour J

Les deux plus courageux membres de l'asso se retrouvèrent à 8h00 pour déplacer les tables de la salle (de cours) que l'iut nous avait prétée et les organiser en U. Ce U était destiné à accueillir les machines des visiteurs. En son centre furent disposés deux fois deux tables.
La première bitable accueillit des gâteaux et boissons et un nombre de choses aux utilités hautement variables ce jour ci (un hub, un pont RJ45/WiFi, des multiprises, un enrouleur de câble électriques, ...).
La seconde bitable hébergea le pc du trésorier dont on avait l'affichage au mur grâce à un rétroprojecteur. Elle suporta également des claviers et souris supplémentaires et les distributions que nous avions choisi de proposer.

Les distros

D'après nos prévisions, nos visiteurs devaient être des étudiants de l'IUT (dont TP et TD se déroulent sous RedHat 7.2) et des personnes voulant découvrir linux. Nous avions donc gravé plusieurs RedHat7.2 pour les étudiants de l'IUT, des DemoLinux3.0 pour les curieux non décidés et des Mandrake9.0 pour ceux qui voulaient une distribution facilitant le passage à Linux. Certains visiteurs avaient des demandes précises, nous avons distribué deux Peanut9.2 et deux RedHat 7.3. Une debian 3.0 nous avait été demandée mais le manque de temps ne nous a pas permis de la fournir le jour même. (7 CDs quand même, la debian ...)

Les soucis

On a rencontré quelques problèmes mais un seul a empêché l'installation d'un linux.

Un clavier USB n'a pas été reconnu au démarrage de l'installation d'une RedHat7.2. On a donc fait l'install avec un clavier "normal". Une fois installé, le système reconnaît sans souci le clavier USB.

Nous avons eu un disque NTFS d'une seule partition (il y a des constructeurs qui vendent des pc avec un disque de 70Go constitué d'une seule partition). N'ayant pas de disque d'une place suffisante pour la sauvegarde des données sur place, nous n'avons fait que montrer la DemoLinux sur ce PC. Rendez vous est pris pour la prochaine Install Party avec un disque correctement partitionné. Ce fut là notre seul problème insurmontable.

Un PC Dell a refusé de voir ses partitions redimensionnées. Il a donc été ouvert, un disque dur de secours lui a été adjoint et grâce à un linux chargé en ramdisk, les données ont pu être sauvegardées. Ça a permis de repartitionner le disque et d'y remettre les données originales. Ensuite, l'installation de linux a pu se dérouler comme d'habitude.

Nous n'avions prévu qu'un seul écran supplémentaire, ce qui n'était pas suffisant. Ceci dit, le fait d'attendre la fin de l'installation de son voisin a fait que les gens ont installé à plusieurs et donc mieux compris le processus global, chacun posant des questions liées à ses propres centres d'intérêt.

Un utilisateur a voulu javac sur sa machine, ce qui est tout à fait louable comme premier souhait. Il a fallu retrouver le paquetage contenant javac, java et jdb. Personne ne se rappelait que c'était kaffe le paquet à installer. (voir le lien java sous linux pour plus de précisions)

Tout le monde n'a pas la chance de posséder un ordinateur dernier cri. Ce n'est pourtant pas une raison pour se passer des dernières versions de notre système d'exploitation préféré. À la demande du visiteur, une RedHat 7.3 a été installée sur son PC à base de Cyrix 6x86 P150 + et 48 Mo de mémoire (ordinateur de 1996). Le logiciel d'installation n'a absolument pas sourcillé et l'installation s'est déroulée sans problème quoique un peu longue...

Fin et bilan

Nous avons reçu la visite d'une vingtaine d'ordinateurs venus avec leurs humains respectifs et d'une vingtaine de personnes supplémentaires, juste curieuses de voir si on risquait quelque chose à venir avec sa machine. On les reverra sans doute à la prochaine parce que nous n'avons rien cassé. On a démonté mais pas cassé. Plusieurs personnes sont reparties avec des distributions. Le poste central était heureusement équipé d'un graveur et nous avons pu faire face à la demande qui n'avait pas été prévue si importante.

Nous avions prévu de faire de la démonstration/formation (d'ou le vidéoprojecteur) mais l'affluence ne l'a pas permis.

Nous avons quitté les lieux définitivement vers 17heures, soit avec seulement 1 heure de retard sur le "planning". L'affiche annonçait 9h-15h, nous avions donc prévu d'avoir fini le rangement à 16h.

La prochaîne fois, il faudra une salle plus grande, plus de prises multiples (on en a eu juste assez), des écrans de préférence moins pourris que celui du trésorier et en plus grand nombre, plus d'initiés pour aider les visiteurs...

Nous considérons notre première install party comme une réussite. L'affluence a été bonne et quasimment tous les visiteurs sont repartis avec ce qu'ils étaient venus chercher. C'est à dire soit une distribution, soit la solution à un problème rencontré en tentant l'installation seul, soit la présence réconfortante de quelqu'un de plus expérimenté, au cas où ...

Les installations des distributions modernes orientées débutants (et ce n'est pas dans le sens péjoratif qu'il faut le comprendre) se sont énormément simplifiées ces dernières années, la majorité du matériel est reconnu et automatiquement configuré. Une fois l'installation terminée, les diverses aides et interfaces de configuration (linuxconf, webmin, swat, drak*, yast*, kudzu, apt-get, centres de contrôle, panneaux de configuration, etc...) permettent de configurer entièrement sa machine sans jamais mettre le nez dans un fichier de configuration. Je ne dis pas que c'est une bonne chose à terme mais il est important pour l'élargissement de la base d'utilisateurs de linux que les premiers contacts soient simplifiés. Après une installation typique, il est normal de pouvoir faire un bzflag en réseau sans avoir à aller configurer ses /etc/rc.d/rc.inet* ou ses /etc/sysconfig/network-scripts/ifcfg-eth0. De même, lancer une connexion internet ne doit pas obliger le débutant à comprendre ppp. Une fois qu'il sera grand il pourra commencer à tout faire à la main, comme un vrai geek. C'est à ce moment là, qu'il se mettra à lire linuxmag et que sa vie deviendra son PC (ou mac) et inversement ;-)

Finalement ...

Une install party est également une demo party voire plus si affinités. Le temps où on se regroupait pour faire une installation est révolu, sauf dans le cas d'une installation problèmatique. Une install party moderne permet d'installer et configurer les machines des visiteurs mais aussi de les accompagner dans leur découverte de ce système d'exploitation tout neuf. Selon les préoccupations de chacun, ça peut être l'occasion de présenter l'arborescence, les bases du réseau, d'aborder les prémisces d'un langage de programmation, de présenter la version linux de gimp aux infographistes récemment défenestrés (c'est comme ça qu'on appelle quelqu'un qui quitte windows, non ?) ou de faire un score sur un jeu en réseau.

L'"étiquette" d'une install party

D'après ce qui est rapporté ci-dessus, voici une ébauche des commandements de l'organisateur et du visiteur d'install party. Ils sont en partie inspirés du site de PARINUX.

Pour les organisateurs

Une install party, pour être réussie doit être prévue et préparée.

Des locaux tu auras ! Ca peut paraître évident mais ce qu'il faut avant tout pour une install party, c'est un local.

L'information tu diffuseras ! Si vous voulez avoir du monde, vous devez être visible. Les lieux à ne pas oublier sont les universités et écoles proposant une formation informatique. Pour être vu sur internet, publiez sur les forums et les mailing lists adaptées et ajoutez une entrée sur l'agenda de lolix. Par le biais des fichiers backend, l'info se retrouve automatiquement sur linuxfr et lea-linux pour ne citer qu'eux. Référencez votre lug de l'AFUL, qui en tient une liste publiée sur divers sites dont lea-linux. Si votre Install party est prévue longtemps à l'avance, envoyez un communiqué aux magazines linux qui se feront sans doute une joie d'annoncer l'évènement.

Des distributions tu graveras ! Les gens qui n'auront pas été dégoutés par l'expérience voudront peut être un souvenir de leur journée. Essayez de vous faire offrir des distributions pressées et/ou gravez en vous mêmes. Prévoyez plusieurs distributions, tout le monde n'a pas forcément les mêmes envies/besoins.

Un graveur sur place tu auras ! Soit parce que vous avez sous-estimé le nombre de visiteurs, soit parce que vous ne vouliez pas en graver trop d'avance (A la vitesse où une version en remplace une autre, on se retrouve vite avec une pile de distributions considérées comme obsolètes), vous vous retrouvez le jour j avec une pénurie de cd. Il vous faut donc être prêt à graver sur place. Gardez donc une copie de chaque distribution et mettez vous à graver avant d'être en manque. Ce qui ne doit JAMAIS vous manquer, ce sont les cd vierges, même si les gens sont censés en amener, vous devez en avoir.

Connecté tu seras ! Une connexion à internet est le top, elle vous permet de récupérer des pilotes pouvant faire défaut et de montrer que linux propose plusieurs très bons navigateurs. Une interconnexion de vos ordinateurs et de ceux des participants suffit largement pour montrer comment se configure un réseau. Quoiqu'il en soit, l'étape réseau n'est pas indispensable mais avoir un hub est à la portée de beaucoup de personnes, essayez donc de vous en procurer un.

Pour les visiteurs

Une install party tu chercheras ! Si vous avez décidé de vous rendre à une install party, il vous faut en trouver une de préférence près de chez vous. Vous pouvez pour cela consulter la page web de votre lug local (voir le lien liste des lugs) et les divers sites affichant des agendas du libre (voir lien Agenda LOLIX).

Compatible ton matériel sera ! Vérifiez, dans la mesure du possible, que votre matériel est compatible avec linux. C'est le cas pour la grande majorité du matériel. Le seul qui pose parfois problème est le matériel récent dont les pilotes n'ont pas encore été développés ou celui fabriqué par des sociétés ne désirant pas que les spécifications de leur matériel ne soient distribuées à l'extérieur de l'entreprise. Une recherche de votre matériel dans la section linux de google (voir lien ci-dessous) devrait vous indiquer après quelques efforts si votre matériel est compatible.

Ton disque tu défragmenteras ! Ca économise énormément de temps de faire les installations sur des disques défragmentés.

Tes partitions tu prépareras ! Ce passage n'est pas obligatoire mais si vous savez le faire, partitionnez votre disque avant de vous rendre à une install party. Prévoyez un espace de disque windows qui sera effacé. Pour une installation et une utilisation courante (bureautique, développement et quelques jeux), 2 à 3 Gigaoctets sont conseillés.

Des CDs vierges tu auras ! Pour repartir avec la distro que l'on vous a installée. A titre d'info, une Mandrake 9 demande 3 CDs de 700Mo, il vous en faudra 3 de 650Mo pour une RedHat 7.3 et 5 pour une 8.0. Une DemoLinux 3.0 et une Slackware 8.1 tiennent sur un CD de 650 ou 700 Mo selon les versions. Vous pouvez également, si vous avez une connexion haut débit visiter le site de la distribution qui vous intéresse et la télécharger vous même mais ce n'est pas obligatoire. Des images iso pour la majorité sont téléchargeables sur linuxiso.org (voir lien)

Cet article a été écrit par ROCHELUG
http://www.rochelug.org/

Liens

Le ROCHELUG :
http://www.rochelug.org/

Java sous linux :
http://http://www.rochelug.org//docs/java/

Google linux :
http://www.google.com/linux

L'agenda LOLIX :
http://agenda.lolix.org/

Liste des lugs :
http://www.aful.org/aful/lugs.html

Images ISO :
http://http://linuxiso.org//

Pages install Party de PARINUX :
http://www.parinux.org/activites/installparty.html

Les First jeudis de La Rochelle :
http://larochelle.firstjeudi.org/

Photos


Une install de RH pour philippe, c'est comme un moment de détente !


Trois PC à installer !


Une rangée de portables (des HP dont tout le matériel est reconnu sauf le modem interne) !


Le poste de gravure, qui a permis à tout le monde de repartir avec sa distrib' !


Et une fois qu'on a installé, on joue ;-) !


David sauvegarde les données du dd !


Et peut ensuite convertir ce pc récalcitrant !


Un aperçu de ce que sera la prochaine ...


... une ruée ;-)

a+

Auteur : Rochelug
Modifié le 22.09.2004

Rechercher :

Google
 
Web www.xgarreau.org